Projet 2017-2022

Partitions et partages : aspects culturels, territoriaux et géopolitiques

Les États qui existent actuellement sont souverains sur un territoire, qui, comme le dit Shlomo Sand (Comment la terre d’Israël fut inventée, 2012), est le « hardware où se concrétise la souveraineté de la nation ». Ces États sont nés de partages territoriaux et de surcroît, au sein même de ces territoires nationaux, opèrent aussi des partages territoriaux (Dévolution au Royaume Uni, le territoire Inuit au Canada, l’Afrique du Sud, Espagne). Si l’État-nation type est l’espace où se rejoignent le territoire de la nation et le territoire de l’État, certains cas font apparaître des dislocations, des disjonctions : l’Irlande, l’Allemagne, les Balkans…

Le territoire et le partage territorial sont donc au cœur même des notions d’État, de nation, d’État-nation, d’identité nationale, de souveraineté, de nationalisme. Pourtant le territoire national n’est pas une donnée objective. Le territoire national, celui de la nation, celui de l’État ou celui de l’État nation, est le résultat d’une invention, d’un projet, d’un discours, d’une idéologie politique qui se trouve être souvent en conflit avec une ou plusieurs autres inventions territoriales. Une seconde caractéristique de ces discours est qu’ils évoluent, qu’ils s’adaptent aux différents contextes dans lesquels ils peuvent être produits.

L’étude scientifique des partitions et des partages territoriaux ne peut donc se borner à décrire les parties en présence et leurs discours respectifs sur le territoire en jeu mais à déconstruire ces discours territoriaux, à explorer les modes d’invention et de partage du territoire. Il convient de réfléchir aussi aux stratégies et représentations culturelles qui permettent la substantialisation et la validation de ces constructions territoriales et/ou symboliques ou leur remise en cause (voir également l’approche scientifique des écoles de la Critical geopolitics et de la géographie culturelle). Ce travail est particulièrement difficile car la science du territoire, la géocritique et la géographie politique, a souvent été l’instrument, volontaire ou non, de projets politiques. La notion même de ‘géopolitique’ a été inventée par des scientifiques Allemands pour justifier un projet politique d’expansion et de conquête territoriale à la fin du XIXe siècle.

Aires géographiques :

L’Europe (l’Allemagne, les Balkans, l’Espagne, la Grande Bretagne, l’Irlande, l’Italie), l’Amérique du Nord et du Sud, l’aire Asie-Pacifique.

Territoires culturels : ex. francophonie, Commonwealth, les empires coloniaux avant et après la décolonisation

Des perspectives comparatives sont envisageables au niveau mondial ex. l’Inde / le Pakistan et/ou l’Israel / Palestine.

Thématiques : La liste ci-dessous est non-limitative, et est destinée à alimenter la réflexion et à être enrichie par des ajouts ou des regroupements thématiques que les membres de la FE2C sont invités à proposer.

Territoires mythiques, Cartographie mentale ; Notions qui relient l’histoire d’un peuple et d’un lieu : destinée manifeste, peuple élu, terre promise ; L’idée de nation privilégiée ; la notion de nation et d’identité nationale, la notion d’autodétermination, droit du sol/sang ; L’invention de la Grande Russie, de la Grande Serbie, de la Grande Bretagne…; La scission nord-sud, la création de la Confédération américaine ; One-nation vs Four nation Britishness (la question Moreno).

Partages entre autochtones et colonisateurs et immigrés ; la gestion culturelle du projet politique ; les représentations culturelles de la division et de l’unité (artistiques, linguistiques, médiatiques…) ; la géographie et l’histoire à l’école.

La division/ le partage (Irlande, Allemagne, Inde, Kosovo…), les unifications et les réunifications (Allemagne, les Etats-Unis, l’Italie) : les motivations politiques, la gestion politique du partage, l’irrédentisme ;

La notion de frontière naturelle (Ouest américain, colonisation et extension/repli, conditions de vie, idéal, utopie)

Les frontières de l’Europe avant, pendant et après 1914-1918 / 1990 – fluctuation et repositionnement.

Le post-nationalisme, les régions (trans)frontalières ; les politiques culturelles transfrontalières ; l’Orient / l’Occident : le Moyen-Orient chez les néoconservateurs US

Mémoire et commémoration du territoire, déterritorialisation et mondialisation,

Zones économiques et migratoires : ALENA, UE, Schengen, zone euro, partenariats européens (Turquie, Ukraine)

Territoires et ressources naturelles : sous-marins, sous-sols, paysages….

Diasporas : communautés et territoire, territoires virtuels

Démocratie, citoyenneté et territoire : ségrégation, séparation, ghettoisation ; Villes partagées

Contributions théoriques et épistémologiques : Sans exiger une liste exhaustive des approches théoriques nécessaires, il conviendra d’enraciner les projets de recherche dans un cadre conceptuel et méthodologique riche, pluridisciplinaire et approfondi. On souhaite pouvoir enrichir les pistes théoriques grâce à l’apport de travaux appartenant à des champs disciplinaires et étudiant des aires culturelles diverses – à titre d’exemple :

-La dimension politique de certains écrits ou de certaines notions géographiques : Ratzel, Haushoffer ;

-La critique des approches scientifiques de certaines questions territoriales ;

-L’approche scientifique des écoles de la Critical geopolitics et de la géographie culturelle ;

-La théorie des conflits et de résolution de conflits : processus de paix, « consociation », transformation ;

-Les théories de la communication (discours médiatique et politique) ;

-La dimension politique de la science historique et de notions historiques ;

-la dimension « interculturalités » ;

-la question de l’interdisciplinarité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.